syndrome du canal carpien - symptômes


La plupart des personnes concernées ne prennent pas assez au sérieux les symptômes débutants d'un syndrome du canal carpien : mais qu'y a‑t‑il de si grave à avoir les mains qui s'engourdissent pendant la nuit ?


Or, plus le nerf reste coincé longtemps dans le poignet, plus il y a de chances d'endommager le nerf. Souvent, le syndrome du canal carpien débute par des troubles de la sensibilité dans le pouce, l'index et le majeur dont le nerf médian assure la sensibilité. Les doigts sont engourdis, fourmillent comme s'ils étaient « endormis » et sont douloureux.

Très souvent des douleurs apparaissent sous l'effet d'une charge mais très souvent aussi pendant la nuit. Elles se font particulièrement remarquer lorsque la main a pris une position angulaire comme par exemple tenir un combiné de téléphone ou le volant de la voiture. Ceci explique aussi les douleurs nocturnes, car nombreuses sont les personnes qui, inconsciemment, plient la main en dormant. Plus tard, dans la progression du syndrome du canal carpien, les troubles de la sensibilité s'amplifient, apparaissent en permanence et les douleurs vont jusqu’à irradier dans le bras. À un stade avancé, les doigts sont complètement insensibles et l'éminence thénar s'atrophie et dépérit.

symptômes dans les premiers temps 

Le signe typique d'un syndrome du canal carpien à un stade précoce est l'endormissement nocturne des doigts. À ce stade débutant, il suffit généralement de changer la main de place et de la secouer. Mais si le syndrome du canal carpien n'est pas traité, les douleurs s'accroissent. Très souvent ces symptômes sont accompagnés d'un fourmillement dans la paume. Un signe qui ne trompe pas est le pincement du nerf médian du bras qui innerve la face interne du pouce, de l'index et du majeur. Généralement, le trouble de la sensibilité débute par un doigt et puis il s'étend ensuite aux autres doigts. Si ces douleurs n'apparaissent d'abord qu'après une sollicitation du poignet par une charge, elles apparaîtront par la suite de façon très soudaine et sans raison apparente.

Symptômes à des stades ultérieurs

Petit à petit les douleurs irradient en montant jusque dans le bras et l'épaule. Ces douleurs sont accompagnées d'une aggravation du sens du toucher et de la perception des doigts. À ce stade, il devient difficile de boutonner des vêtements ou se soulever de petits objets.  Rapidement les sensations désagréables dans les doigts disparaissent et ils deviennent plutôt insensibles.  Petit à petit une bosse se forme sur l'éminence thénar ; c'est l'atrophie de l'éminence thénar.

La raison en est que l'émince thénar, innervée par le nerf concerné, s'atrophie progressivement. Le pouce est donc fortement limité dans sa fonction, du fait de l'atrophie du muscle. Comme il ne peut plus être écarté, la personne concernée a donc des difficultés à prendre quelque chose dans la main ou à saisir une bouteille. À ce stade, le nerf est déjà très fortement endommagé. Si l'on débute la thérapie à ce moment-là, il est très souvent déjà trop tard car le préjudice causé au nerf est devenu irréversible. L'insensibilité de la paume et la paralysie du pouce peuvent en être les conséquences.

Symptômes aux deux mains ?

Lors d'un syndrome du canal carpien, les symptômes apparaissent généralement aux deux mains ; généralement, une main est touchée plus tôt que l'autre. Des mois voire aussi des années peuvent s'écouler entre un syndrome du canal carpien à un bras et l'apparition des premiers symptômes de l'autre côté. Très souvent, la main la plus fortement touchée est la main droite chez les droitiers, donc le côté dominant et chez les gauchers la main gauche.  L'une des raisons qui explique que le syndrome du canal carpien apparaît plus précocement du côté dominant est que ce côté est plus sollicité.

Prendre les symptômes au sérieux et traiter !

Comme pour de nombreuses autres maladies, le syndrome du canal carpien peut avoir une évolution très différente. Chez de nombreuses personnes concernées, on observe des douleurs modérées entrecoupées de longs intervalles sans douleurs. Mais c'est particulièrement dans de telles situation qu'l existe un risque particulièrement élevé. Si les douleurs antérieures ne sont pas attribuées à un syndrome du canal carpien, les personnes concernées ne consultent un médecin que lorsque le nerf est irrémédiablement endommagé.

016-5_CURPAL_ILLU_HAND-BIG_Zeichenflaeche_3.png

empty